BACK TO BASICS : act 1

Mis à jour : 15 août 2019

Mais quelle discipline effraie tous les fighters ? Jiujiteiros, boxeurs, karatekas, tous partent se cacher sous leurs draps quand on leur dit que leur adversaire est un lutteur. Et je ne parle même pas de l'aura qui émane d'un nom "dagestanien" sur un tableau d'affichage (je vous vois les jiujitsukas qui flippent des noms qui finissent par "medov"). Les lutteurs rentrent forts, les lutteurs sont stables, les lutteurs ont un cou anti-guillotine.

Sortons un peu des clichés et essayons de comprendre pourquoi cette discipline est primordiale.

Les lutteurs peuvent décider de la direction du combat. Si ils veulent rester debout, ils le peuvent. Passer la garde ? Pas de problème, les nombreuses années de lutte feront l'affaire. La direction du combat est décidée par la lutte et c'est pour cela que les grands jiujiteiros s'y intéressent fortement.

Dans les faits, quels sont les points clés de cette discipline pour un jiujiteiro débutant ?

- la posture : les lutteurs sont impossibles à bouger, il paraît. Cela s'explique par deux choses : la "square stance" et la "sugar stance". La première est une position de défense alors que la deuxième est une position d'attaque. Il y a une préférence en ce qui concerne la jambe mise en avant chez tous les lutteurs mais ils sont capables de lutter avec n'importe laquelle de leurs jambes en avant.

- les mouvements : la posture permet de bouger rapidement tout en gardant sa stabilité. La recherche de l'underhook et de l'angle (voir les techniques "Pass By" et "Duck Under" pour comprendre) obligent l'adversaire à faire des erreurs si il ne suit pas des déplacements précis de cadrage (ce qui résulte souvent à un Double Leg du désespoir ou un tirage de Garde raté).

- le changement de niveau : une fois que l'on sait bouger dans toutes les directions, on apprend à varier les hauteurs. Les jambes,le haut du corps, le Front Headlock sont sublimés par des feintes et des fausses attaques rendant la lecture de son adversaire difficile.

- le pas de pénétration : le concept le plus important pour moi est celui-ci. Savoir quel genou je pose et où je le pose. Je suis toujours surpris de la méconnaissance totale de ce principe de base dans notre discipline (Leandro Lo, ton Double Leg est juste horrible bro!).

- le soulevé : il est vrai que la lutte nécessite un peu de force. Mais vraiment un peu et au bon moment (comme au Jiu-Jitsu en fait). Il s'apprend en soulevant une personne depuis la tortue (Gut Wrench) ou alors directement en Clinch (Hip Toss ou Back Arch).

- le pont : il diffère un peu de ce qu'on connaît en Jiu-Jitsu. Le pont se fait sur la tête et permet de faire passer un adversaire par dessus nous. Je vous l'accorde il faut travailler sa souplesse pour réaliser une... souplesse.

- le "back step" : là encore, la technique est différente du back step "Mendesien". Il s'agit en réalité d'un demi tour qui permet de projeter un adversaire qui fonce sur nous (exactement comme au Judo).

Ces 7 points sont essentiels pour parler d'une bonne lutte. Avant même d'apprendre les techniques que sont le Double Leg ect...

#wrestling #doubleleg #principes #basics

BY ARKAM.


  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Snapchat - Gris Cercle

© Proudly created by Arkam Inc.