POUR UNE POIGNEE DE LAPELS

Mis à jour : 15 août 2019

Le lapel du kimono (la veste tout simplement) est un outil merveilleux qui existe depuis bien avant l'avènement de Mister Keenan Cornelius...

Les judokas l'utilisaient déjà pour passer du debout à un étranglement au sol très rapidement (voir Gerbi Choke).

Son utilisation pour la Demi Garde est aussi très courante dans le jiu jitsu depuis très longtemps. Cependant, il reste des utilisations du lapel méconnues. Et si on poussait plus loin la réflexion sur le sujet ?

Selon moi, il existe 4 grandes façons d'utiliser le lapel et aucune n'est utilisée à son potentiel maximal :

- Renforcer un contrôle déjà existant : le jiu jitsu est un sport de contact et lorsqu'on attrape notre adversaire on ne veut surtout pas qu'il bouge. Pour cela, certains combattants n'ont pas hésité à renforcer leurs contrôles avec le lapel de leur adversaire... Rafael Mendes tirait toujours le lapel de son adversaire pour renforcer son crochet De La Riva. Bernardo Faria va chercher le lapel constamment lorsqu'il est en Half Guard. Même en Side Control, il n'est pas rare de récupérer le lapel et de le passer sous l'aisselle pour plus de contrôle.

L'idée sous-jacente est qu'un habit donne une fausse impression de liberté à l'adversaire et est beaucoup plus compliqué à faire lâcher.

- Soumettre : sûrement l'utilisation la plus évidente. Pourtant, on pense souvent au Brabo Choke ou à la Baseball Choke mais en réalité toutes les techniques de soumission peuvent se faire avec le lapel. De l'Ezekiel à la Kimura, il suffit juste d'être inventif et de savoir faire des noeuds pour créer une version "lapelisée" de votre soumission préférée.

- Créer un contact : faisons entrer Keenan dans la réflexion. Son utilisation du lapel diffère beaucoup des autres. Worm Guard, Squid Guard, Reverse De La Worm Guard... Chez lui, l'objectif n'est pas de renforcer des gardes déjà installées, il veut créer le contact. L'avantage du lapel est qu'il est très facile à attraper, même contre un adversaire fuyard (Leandro Lo?). Une fois attrapé, nous n'avons plus qu'à grimper (en tirant ou à l'aide d'enroulement) pour piéger l'adversaire dans une véritable toile. Le fonctionnement se rapproche beaucoup plus de la Close Guard que des gardes ouvertes. On veut limiter le mouvement de l'adversaire et progresser jusqu'au renversement ou à la soumission.

- S'en servir de levier : c'est l'utilisation qu'en fait Oswaldo Quexinho et Braulio Estima (Galaxy Guard). Il faut ici se servir du lapel comme de bras supplémentaires. Techniquement, nous pourrions même faire de la Spider Guard avec les deux lapels. Cependant, personne n'a jamais essayé de faire de "Lapel Drag" ou alors de s'en servir pour lever les hanches de son adversaire (le seul exemple que j'ai en tête est un passage en Double Under avec les lapels réalisé par Guilherme Mendes).

Le lapel est un outil formidable mais est selon moi sous-utilisé. Il est toujours utilisé de la même façon simple : de la position de dessous et toujours avec le kimono de l'adversaire. Je pense qu'il pourrait être aussi utile pour passer la garde et pour contrôler de dessus, pour créer des leviers (du type armdrag) et pour soumettre plus facilement (l'Ezekiel avec le lapel est un outil efficace). Plus encore, notre propre lapel peut être utilisé comme une nouvelle arme à ajouter à notre arsenal...

Mon humble avis, quel est le votre ? 🤔🤔

#lapel #jiujitsu #keenan #wormguard

BY ARKAM.


  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Snapchat - Gris Cercle

© Proudly created by Arkam Inc.