SUB ONLY, REALLY ? (Part 1)

Mis à jour : 15 août 2019

Les soumissions, ces techniques qui attirent tellement de débutants, qui après s'être perdus dans les méandres d'Internet, croient pouvoir passer la nouvelle clé de bras roulée à la volée en situation de combat.

Ces techniques sont ensuite vues par des combattants avancés comme des "finalisations". Des techniques que l'on peut obtenir uniquement à la fin d'un jeu de positionnement mettant en échec son adversaire.

Comme d'habitude, allons plus loin que cela!

La grande différence entre le Jiu-Jitsu et les autres arts de préhension (ne citons que la Luta Livre 😁) est l'approche systémique et systématique du combat : je fais ça, il fait ça, je fais ça, il fait ça, je le piège, il abandonne. Les positions sont hiérarchisées et nous ne passons pas de debout à une soumission directement (sauf si on s'appelle Jaime Canuto).

Cependant, il n'existe aucune hiérarchie dans les soumissions. Le système fonctionne jusqu'à la finalisation. Puis, c'est à nous de choisir entre les 1000 soumissions disponibles.

Poussons donc le concept un peu plus loin et hierarchisons les finalisations.

La nomenclature généralement admise est la suivante :

- les techniques d'étranglement (avec ou sans kimono, sanguin ou respiratoire)

- les techniques de luxation (en rotation ou dans l'axe de l'articulation)

- les techniques de compression musculaire

- les techniques d'écrasement (pression du diaphragme, écrasement des muscles)

- les techniques d'étouffement (Vagner Rocha 😉)

- les techniques de douleur (Neck Crank et Twister)

Toutes ces techniques sont aussi classées selon la partie du corps visée :

- tête

- bras

- jambes

Ce sont des divisions basiques qui n'aident pas à la compréhension d'un système. Nous allons donc classer les soumissions selon des critères déterminant l'issue d'un combat. Plus une soumission dispose de critères remplis, plus elle est haute dans la hiérarchie. Simple ?

1 - Le premier critère est la possibilité de finalisation définitive. En fait, il suffit de savoir si on peut étrangler avec cette soumission. Comme dit l'adage, il n'y a pas de personne dure qui résiste aux étranglements. Tout le monde s'endort!

2 - Le deuxième critère est le nombre de membres utilisés. C'est un concept simple. Si une soumission nécessite deux membres pour être effectuée, elle sera moins forte que celle qui se fait à une main. En revanche, si on peut ajouter plusieurs membres sur une soumission à une main, elle sera supérieure aux autres.

3 - le troisième critère est le moyen de contrôle. Est-ce que la position est stable lorsque l'on exécute la soumission (au revoir Cross Choke) ? Est-ce que l'on peut contrôler la posture et le corps de l'adversaire sans se bloquer (au revoir Triangle) ?

4 - le quatrième critère est celui des entrées. Dessus et dessous ? Debout ou au sol ? Avec ou sans kimono (tous les étranglements en kimonos sont donc moins bien classés) ?

5 - le cinquième critère est le nombre de transitions possibles avec les variations de la technique ou alors les transitions vers une autre finalisation.

Une fois les soumissions répertoriées, nous cochons les critères remplis et nous classons les soumissions par degré d'importance.

(LA SUITE ICI)

#jiujitsu #lutalivre #soumission

BY ARKAM.

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Snapchat - Gris Cercle

© Proudly created by Arkam Inc.